Les Rangers prisés pour volontariat

PDFImprimerEnvoyer

Media - A écrit sur nous

Note des utilisateurs: / 8
MauvaisTrès bien 

L'ANNÉE 2011 L'ANNÉE DES ACTIVITÉS BÉNÉVOLES

soutenant la citoyenneté active. A la fin de l'année derniere à Nitra, on a prisé les volontaires qui ne sont pas motivés dans leur travail par aucunes déclarations ou documents officiels.

 

GBELCE: Le prix a été reçu par Matej Medveď – gardien de la nature bénévole et secrétaire de l'association civile Gbelcia crasssiceps – Pre pomoc prírode (Pour aider la nature).

Le Slovaque du Centre vient aux marais
Il vient de Brezno (Slovaquie centrale), il a étudié le transport routier au lycée de Trnava. Sa mère vient de la région de Štúrovo, où s'est finalement installé aussi Matej Medveď avec son père. Alors il a découvert les marais Parížske močiare – la localité connue aussi à Bruxelles, New York et dans le Pentagon, peut-être plus qu'à Nové Zámky.
„Cette localité a été, comme premiere en Slovaquie, classé sur la liste internationale de la convention de Ramsare sur la protection des mouillères. Formellement, nous la respectons même. Mais la protection de la nature, à la différence de l'exploitation des forets, des eaux ou des étangs n'apporte pas d'argent. Et alors notre autorité en Slovaquie en dépend. Le territoire protégé des Marais Parížske emploie un seul gardien professionnel qui est responsable pour tout le rivage du Danube de Bratislava jusqu'à Chľaba,” dit Matej Medveď pour qui la sauvegarde de l'environnement est sa „profession bénévole”.

Ils ont travaillé des centaines d'heures
„Dans la réserve naturelle protégée, il y a des pecheurs qui pechent, des chasseurs qui chassent et en hiver, on y cueille du roseau. Mais il n'y a personne qui s'occuperait du territoire. Le barrage est troué et il y a des arbres qui y poussent. Dans les marais, il y a des plantes denses et le ruisseau Paríž est plein de vase. Il y a des personnes qui y déposent des déchets, il y a eu quelqu'un qui y a déposé tout un camion de déchet sanitaire dangeureux,” raconte M. Medveď.
Avec les rangers – gardiens de la nature de Gbelce, ils ont travaillé des centaines d'heures en nettoyant et tondant des prés, en supprimant des arbres et plantes non-originaires. Ils préparent la nouvelle signalisation de la réserve naturelle, en collaboration avec un fermier local, ils restaurent une route presque perdue dans la partie nord de la localité. Leur objectif, entre autres, est d'élaborer un sentier instructif sur le territoire des marais Parížske močiare et de rendre accessible cette région aux touristes pas seulement slovaques.

Camps ornithologiques
„En 1996 dans une ZOO, nous avons rencontré un ornithologue qui a eu l'interet de baguer quelques oiseaux dans les marais Parížske močiare. Nous avons organisé un camp. Déja les premiers résultats ont été intéressant pour les ornithologues, botanistes et enthomologistes de plusieurs états. Cet été, le camp sera organisé pour la quinzieme fois,” continue M. Medveď.
Dans les marais Parížske močiare, les professionnels suivant ont fait des recherches: Alfréd Trnka, professeur de Trnava (vice-président de l'association civile Gbelcia crassiceps), Zvi Friedman, ornithologue israélien, Majzlan et Kabát, enthomologistes. Un Italien et un Finnois y viennent pour examiner les moineaux, des fauvistes russes suivent la migration des fauves nordiques en hiver. D'apres les résultats de recherches, les marais Parížske močiare sont le seul (et le plus au nord) lieu de nidification de la lusciniole à moustaches. Des chercheurs, dans les environs de Gbelce, ont aussi découvert une colonie de moustiques tropiques qui étaient présentes jusque maintenant surtout en Afrique – au delta du Nil.
Il faut aussi parler de la collaboration de long terme avec nos collegues de la coté hongroise (des montagnes de Pilis) des frontieres d'état. En dehors de l'ornithologie, on a d'autres intérets communs aussi.

Interventions avec la police
Les gardiens de la nature ont fait des entrainements communs avec les polices slovaque et hongroise. Ils ont organisé le monitoring de coordination de l'état des marais Parížske močiare en avion et aussi de l'état de la riviere Danube en canot à moteur. Ils ont participé à une intervention anti-drogues, ils ont été appelés à une incendie de la végétation ou à une bagarre de supporteurs de sport dans une gargote. Les patrouilles des rangers servent comme une prévention contre la pollution de la nature, contre des braconniers ou la criminalité ornithologique ou autre délits contre l'environnement. M. Medveď est correspondant international de la nouvelle database ornithologique internationale.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

foto: Pozorovateľňa - nie sme samá rovina...

Ils sont équipés comme des professionnels.
Des devoirs comme ces bénévoles en ont sont faisables uniquement à l'aide d'un bon équipement. „Au commencement, nous avons été deux, mon père et moi – en bottes de chasse et treillis simples. Aujourd'hui, nous sommes huit et avec notre groupe partenaire de Štúrovo, nous sommes quinze. L'équipement de tout gardien de la nature a une valeur vers 4000 euros. Nous avons des armes légitimes, gilets pare-balles, émetteurs, optique nocturne, équipement alpiniste, équipement de camping dans des conditions extremes,” raconte M. Medveď. „En dehors des armes, tout équipement est des donations de sponsors, des entreprises slovaques et partenaires étrangers qui ont une compréhension plus importante pour les activistes écologistes que les entrepreneurs slovaques. Ceux derniers pensent souvent que nous sommes un simple cercle de loisirs ou encore que nous voulons nous promener sur les prés dans des voitures tout terrain climatisées. Nous avons parcouru le plus de prés à pied – avec des débroussailleuses, pinces et scies à moteur en supprimant la végétation négligée.”
 


Ils veulent sauver les marais
Le coin du coeur du pere et du fils Medved, c'est le projet du sauvetage de la Réserve naturelle nationale des Marais Parížske močiare. Cette localité pas tres grande sur 184,05 hectares a été écrite sur la liste Ramsare comme premiere en Slovaquie et est aussi écrite sur la liste NATURA 2000. On y a découvert plus que 340 especes de plantes majeures, 44 especes de mollusques, 162 especes d'araignées et de faucheurs, 34 especes de libelulles, 401 especes de scarabées, 54 especes d'hymenopteres, et 37 especes de dipteres. Parmi les vertebrés, on y a découvert jusque maintenant 18 especes de poissons, 10 especes d'amphibies et plus que 31 especes de mammifere. On y a aussi noté 171 especes d'oiseaux dont 67 y nichent.
La premiere concepcion des Medved pour revitaliser les marais Parížske močiare est née en 1991. Apres la fondation de l'association civile Gbelcia crassiceps – Pre pomoc prírode (pour aider la nature) en 2005, ils ont collaboré sur un projet slovaco-hongrois avec un groupe d'ornitologues hongrois de Pilis. Ils ont de tres bonnes relations avec le sénateur francai André Vantomme. Sur le modele des écologistes francais, ils ont voulu rendre a cette localité la nature ménagere du 19e siecle - en y comptant l'élevage d'animaux utilitaires. „La derniere conception et la revitaliation d'a peu pres 400 hectares de terres sous-lavées, en y comprenant les marais Parížske močiare et le territoire de Žitavsky luh. Le projet durerait 5 ans és employerait 40 personnes. Parce que jusque maintenant, toutes nos activités sont du volontariat,” ajoute M. Medveď.
 


Conférences aux écoliers
Pendant les mois d'hiver, les rangers éduquent le plus de temps. Ils font des conférences dans des écoles, ils aident les enfants a mettre en place des nichoirs. En janvier, ils ont établi la nouvelle version du site internet www.rangers.sk en 5 langues (de novembre 2007 a novembre 2010 ils ont eu 523 688 visiteurs de 17 pays). Au printemps, les excursions d'écoles commences a venir aux marais (écoles locales, mais celles de Bratislava ou de Poprad ont ausi trouvé le chemin). En été, ils préparent la 15e année du camps ornitologique international.
 

MIROSLAV ANTONI - MY - Nitrianske noviny 17.1. - 23.1.2011

Le Ranger qui écrit de la poésie


Jozef Medveď
Né a Bruntál (1950), il a passé sa jeunesse a Brezno et est allé a l'école a Banská Bystrica. Il n'est pas devenu ni peintre, ni journaliste, ni forestier, mais toutes ces professions sont devenues ses passe-temps préférés.
A long terme, il s'occupe de la sauvegarde des marais NPR Parížske močiare, il a fondé l'association civile Gbelcia crassiceps – Pre pomoc prírode (pour aider la nature). En 2009, il a obtenu le prix du ministre de l'environnement de la Slovaquie pour ses résultats exeptionnels et grand apport dans le domaine des soins de l'environnement.
Dans son oeuvre de peinture, il a eu plusieurs expositions indépendantes. Ses oeuvres ont été exposés dans la catégorie de peintres amateurs a Bratislava en 1998. En 2002, il a obtenu le titre d'honneur du service de la culture a Nitra pour son tableau Prapôvod ekonomiky (L'origine de l'économie).
Dans le domaine littéraire, il a obtenu, en 1967, la deuxieme place dans la compétition d'auteurs débutants de la région de Banská Bystrica. Apres 1976, oé a commencé a faire du journalisme et il lui est venu l'idée de publier le recueil de poemes Koráliky (Perles). Il y a obtenu une critique dure, il a détruit le recueil et il n'a écrit aucun poeme pendant tres longtemps. Ce n'était qu'en 2007 qu'il a publié son premier recueil Hviezdy i pramene (Étoiles et sources). Le deuxieme s'appelle Studená náruč (Etreinte froide) avec les photos de Peter Berčík. En 2010, il a baptisé son troisieme recueil qui porte le titre Piesne potoka Paríž (Chansons du ruisseau Paríž), avec les illustrations de Miroslav Vörös.
Il l'a dédié aux quelques dignes rangers de l'association civile Gbelcia crassiceps – Pre pomoc prírode (pour aider la nature) de Gbelce guidés par Matej.
(MA)